SCENA Jazz

Saturday, July 11, 2009

Félix Stüssi 5 & Ray Anderson

par Monique Poirier

Le 8 juillet dernier, le quintette de Félix Stüssi et Ray Anderson a capté l'attention de l'auditoire venu les entendre au Upstairs de Montréal. À cette occasion, le quintette présentait plusieurs nouvelles pièces qui feront partie d'un prochain CD. Dès les premières minutes, on a vite senti l'énergie de ce groupe en grande forme. Le tromboniste Ray Anderson s'ajoutait aux saxophonistes Bruno Lamarche et Alexandre Côté, assurant une section de vents très solide et homogène. Clinton Ryder à la contrebasse et Isaiah Ceccarelli à la batterie complétaient le groupe dirigé par le pianiste Félix Stüssi.

Ce qui m'a fascinée c'est la façon avec laquelle les compositions nous ont fait voyager, passant d'un inconnu un peu exploratoire vers un thème qui se développe soudain tout naturellement. Par exemple, cette pièce qui commence par un solo d'archet à la contrebasse avant d'émerger dans un thème où tout le groupe se joint. Parfois, c'est le thème de départ qui est bien établi, mais qui prend tout à coup une tournure inattendue. Comme dans cette pièce où le tromboniste est laissé seul dans une improvisation qui permet au trombone de parler, chanter, pleurer, chuchoter s'esclaffer dans des registres parfois insoupçonnés! D'ailleurs, les moments d'improvisation que nous a offert chacun des musiciens étaient des moments de liberté pleinement sentis qui s'intégraient fort bien dans les compositions de Félix Stüssi. Et comme pianiste, même s'il se faisait discret à certains moments, il a pu s'exprimer avec verve à d'autres moments dans un discours souvent monodique, mais jamais banal.

Il m'est resté de cette musique une impression d'équilibre entre structure et liberté, de plaisir de sortir des sentiers battus tout naturellement… Pas tellement pour l'exploration pure, mais parce que l'expression l'impose…

Labels:

0 Comments:

Post a Comment

Subscribe to Post Comments [Atom]



<< Home